• Ils chantent avec nous
  • FAQ
  • Liens
  • TWITTER



  • Météo
  • Actualités Ultras > Archives > Les interviews > Interview Chris Whitaker 02/01/2018

    Interview Chris Whitaker 02/01/2018

    Enregistrer au format PDF


     

    Né le 19 octobre 1979 à Sydney (Australie)
    111 sélections en province avec New South Wales
    107 matchs de Super 12/14 avec les Waratahs (au 30-07-06, joueur le plus capé)
    Champion de la Celtic League : 2008
    Champion de la Coupe d’Europe de rugby en 2009 (Leinster)
    31 sélections avec l’Australie
    2 coupes du monde (1999 et 2003)
    Tri nations 1998,1999, 2004 et 2005.
     

    Ultras Sapiac : Comment es-tu venu au rugby ?
    Chris Whitaker : Il y avait un petit parc à côté de chez moi en Australie où se faisait des entraînements pour le XIII. J’étais jeune, j’avais 5 ou 6 ans. J’y ais joué jusqu’a 13 ans. C’est le 1er sport que j’ai pratiqué mais je faisais du 15 en même temps. Le XIII le samedi et le dimanche le rugby.

    Tu as fait quelques clubs avant d’arriver....
    Oh pas tant que ça ! Un en Australie, les Warathas, un en Irlande, le Leinster, puis le Stade Français, Narbonne et ici. C’est pas trop, certains font 7 ou 8 clubs.
     
    Comment arrive-t-on des Wallabies à Sapiac ? Un désir de voir du pays ? Une opportunité que tu as eue ?
    C’est quelque chose que je voulais faire depuis longtemps. L’entraineur du Leinster était Michael Cheika avec qui j’ai joué en Australie. Il me demande de venir au Leinster. Je l’ai ensuite suivi au Stade Français. Quand il est revenu en Australie, j’ai été à Narbonne.

    Pas de regrets d’avoir quitté l’Australie pour l’instant ?
    Non, pas de regrets mais par contre ma femme et mes deux enfants, à l’époque maintenant j’en ai trois, devions partir juste pour deux ans. Ça en fait maintenant 12 !

    Tu y reviens souvent ?
    Pas beaucoup. 2, 3 fois en 12 ans, c’est tout. Avec 3 enfants, c’est compliqué. 15 ans, 14 ans et 8 ans, 3 filles…. Qui ne jouent pas au rugby !

    Tout a été dit sur ta rencontre avec PP et votre "couple". Tu arrives quand même à avoir une vraie de famille sachant que tu passes quand même plus de temps avec lui qu’avec ton épouse et tes enfants ?
    C’est plus difficile pour ma famille parce qu’ils sont restés à Narbonne. Je fais l’aller-retour mais j’ai quand même un appartement à Montauban. Par exemple, je suis parti ce matin à 5h (mardi 2 janvier) et je repars demain (mercredi 3). J’arrive vers 20h. On préfère faire comme ça pour les enfants qui ont l’école, leurs amis, la plage.

    Quel regard portes-tu sur les résultats actuels de l’équipe de France ?
    C’est un peu difficile mais c’est normal. Ça a été la même chose pour l’Australie, il y a 2 ans. Ça a été difficile aussi pour l’Angleterre. Ça arrive. Ça va tourner.

    Le limogeage de Noves, ça t’inspire quoi comme réflexion ?
    Oh…je ne connais pas beaucoup parce que je n’ai pas lu les journaux.

    Pour les compos, vous faites comment ? PP fait devant, toi derrière… (Il coupe)
    On discute tous les jours, tout le temps. Pour ce match, qu’est-ce que tu penses de celui-ci là, celui-là ici, qu’est-ce que tu penses devant, qu’est-ce que tu penses derrière…

    Idem pour le recrutement ?
    Pareil ! On regarde des vidéos, on appelle le joueur, on s’informe sur lui. Toujours ensemble.

    En cas de désaccord, comment ça se passe ?
    C’est bizarre parce qu’on n’est pas souvent en désaccord. Des fois, je cède un peu, d’autres fois c’est PP. On n’a pas de problèmes. (PP intervient : on n’a pas de désaccord. On discute de tout, les compos, le recrutement, les entrainements…)

    Vous vous êtes déjà engueulés ?
    Parfois, quand j’arrive le matin, je suis de mauvaise humeur, pas réveillé mais jamais agressif. Mais non, on ne s’est jamais engueulé. Et ça, du travail comme ça, ça ne peut pas marcher avec tout le monde ! On a nos idées, nos personnalités, on les défends mais en même temps, on a les mêmes. Il est un peu plus jeune…. (regard malicieux….)

    Tu peux nous donner des noms pour la ou les saisons prochaines ?
     Ah…non. (éclats de rire)

    Lors de son interview PP me dit de te poser la question. Donc la voilà. Il est sous contrat jusqu’en 2022. Le tien finit en juin 2018. Tu signes quand jusqu’en 2022 à Montauban ?
    Je ne sais pas, on verra.

    Tu es près à le faire ?
    Oui. On n’a pas discuté des détails. Je ne veux pas partir mais c’est pas un problème. Il y a des choses plus importantes en ce moment avec le recrutement, les matchs à venir.

    Donc toi tu considères que tu es là en tant qu’entraineur la saison prochaine mais il n’y a encore rien de fait.
    Oui, j’espère mais comme je te dis, il y a des choses plus importantes.

    En début de saison, tu pressentais de tels résultats ?
    Je sais que ce n’est pas intéressant mais on n’a jamais pensé le futur. Toujours le prochain match !
    Mais si tu me dis en début de saison, qu’on va être à ce niveau, je prends !
    Mais c’est vraiment toujours le prochain match !

    Le secret de cette réussite c’est ….?
    C’est tout un ensemble : le groupe, le recrutement, le staff, les préparateurs physiques, les docteurs, les kinés, les présidents… C’est pas nous qui avons fait ce groupe, c’est les autres avant. On a juste ajouté de petites touches.

    Niveau infirmerie, on est plutôt chanceux. Elle est assez peu garnie. Nos blessés de longue date vont comment ?
    On touche du bois parce qu’ils ont besoin de chance. Mais ça aussi ça se travaille avec tout le staff médical. Mika (Michael Ladhuie) va bien, Claude (Dry) va rejouer bientôt. Pierrick (Esclauze) ça suit son cours, Yan (Ruel-Galay) revient.

    Tu vois quelles équipes dans les 6 qualifiés ?
    Je ne sais pas, on verra. J’espère nous mais les autres…. Je n’ai jamais pensé qui on pourrait jouer, ce qu’il va se passer plus tard, qui on voudrait…je ne sais pas.
    Les grandes équipes habituelles : Perpignan, Mont de Marsan, Colomiers, Biarritz sont toujours là, dans le haut du tableau. Il y a aussi Aurillac qui a été finaliste il y a 2 ans.

    Quelle équipe t’a le plus impressionné, fait peur depuis le début de la saison !
    Personne. Cette saison n’est pas comme quand Lyon était vraiment un niveau plus haut. Le niveau de ProD2 est monté. C’est très dur pour tout le monde.

    Ça bouge beaucoup en terme de poste occupé. C’est pour que tous puisse s’adapter rapidement en match si besoin, pour maintenir un niveau de performance pour chacun, s’adapter à l’opposition, à la météo, brouiller les cartes pour dérouter nos adversaires….?
    C’est vrai que c’est quelque chose que l’on veut faire et on a fait le recrutement en fonction. Ça dépend du joueur, du poste, du match, de l’opposition au poste. Dés fois c’est plus simple d’avoir un joueur qui peut joueur plusieurs postes mais dés fois c’est plus compliqué. C’est une adaptation permanente. Chaque semaine, c’est différent. Ça dépend de l’adversaire, de la stratégie que l’on veut mettre en place…

    Montauban/Colomiers le 7/01, sacré revanche à prendre par rapport au match aller non ? En plus, un match de reprise après une trêve qui ne nous avait pas trop réussi la saison dernière.
    Je sais que ça va être un grand match parce que Colomiers est une équipe très solide devant, très dangereuse derrière. On sait que ça va être très difficile. Mais on va jouer au rugby…. 

    Après ce 1er entrainement de 2018, tu as trouvé les joueurs comment ? Un peu empâtés après les fêtes ? Motivés ?
    Oui, ils sont motivés ! Ils ont fait une grosse séance ce matin avec Matthias (Puigmal, préparateur physique). Il a tués les mecs ! Très concentrés, prêts, impatients ! Un peu stressé mais ça va. C’est une bonne chose !

    Ton avis sur cette formule de championnat où le 1er de la phase de poule n’est pas assuré de monter ?
    Je ne sais pas si les autres vont être d’accord mais je pense que d’avoir des phases finales c’est une très bonne chose. C’est très difficile d’avoir deux équipes avec le niveau Top14 parce que la marche est énorme. Regarde Agen et Oyonnax.

    Tu as fait un sacré paquet de stade, d’ambiance. On est comment à Sapiac ?
    C’est bien ! Parce que quand je venais avec Narbonne, je regardais les supporters. On les sent vraiment derrière l’équipe, c’est difficile pour les adversaires de jouer ici, ça c’est sûr !

    Ton meilleur souvenir de match en tant que joueur ?
    Pas trop en particulier. Pleins bien sûr mais pas en particulier. C’est plus des souvenirs d’après match, dans le vestiaire.

    Donc, ta meilleure 3e mi-temps ?
    Après la coupe du monde 99, à Cardiff. C’était pas mal…

    Tes vacances idéales, c’est … ?
    Avec la famille, le soleil, une plage, une bière…. N’importe où tant qu’il y a la famille, c’est le plus important !

    Dans 10 ou 20 ans, tu sais ce que tu feras ?
    Non !

    Entraineur en France, ailleurs, reconversion…
    Je ne sais pas !

    Quelle question aurais tu aimer que je te pose ?
    (grand éclat de rire) Oooooh, "ziro" ça suffit !!!!
     

    Thanks a lot for your time Chris !
    Interview réalisée par Franck le mardi 2 janvier 2018