[] [] []
  • Ils chantent avec nous
  • FAQ
  • Liens
    Le compte facebook des Ultras
    La chaine youtube des Ultras
    Le compte twitter des Ultras
    Le site officiel de l’USM
    Vibrez Rugby D2

  • Actualités Ultras > Archives > Les interviews > Yan Ruel-Gallay (itw du 17/11/2014)

    Yan Ruel-Gallay (itw du 17/11/2014)

    Enregistrer au format PDF


    YAN RUEL-GALLAY

    Né le 29 juillet 1988 à Bourgoin
    1m84 85kgs
    3/4 aile

    A Montauban depuis 2011
    Club précédent : Bourgoin

    Tes premiers pas de rugbyman ? Où et pourquoi as-tu fait du rugby ?
    Où ? Bourgoin, moins de 6 ans. Pourquoi ? Parce que famille passionnée de rugby et j’avais déjà du gaz à revendre ! Donc pour évacuer toute cette hyperactivité, à 6 ans, hop, tu y vas ! Aussi un peu d’atavisme logique par rapport à mon père, ancien rugbymen pro. Un skieur souhaite que son fils fasse du ski, un handballeur du hand, un footballeur du foot…

    Et Bourgoin donc, tu y es resté combien de temps ?
    J’ai fait de 6 ans à 14 ans, j’ai arrêté 2 ans parce qu’ils ne m’ont pas conservé parce que j’étais trop petit, trop maigre et je suis revenu en crabos 2e année, donc à 16 ans. Pendant ces 2 années, j’ai fait de la boxe, du basket, j’ai grandi, grossi et suis revenu et resté jusqu’en espoir pour arriver ici avec Xavier.
    Franck : Avant de venir, c’était quoi Montauban pour toi ?
    Yan : C’était même pas Montauban au début, c’était le sud-ouest ! On entendait parler du rugby sud-ouest et du coup, première soirée ici, on va manger au meilleur resto de la rue* avec ma femme. Jamais vu Montauban, on ne connaissait pas. On visitait des appartements et on a fait un petit repas sympathique avec une petite bouteille offerte par le chef. On a croisé un supporter qui nous a payé un verre, deux verres…. on a discuté, quatre verres, et on est rentré le soir à l’hôtel un peu fatigués et à Bourgoin avec de supers souvenirs ! On a été attaché directement par rapport au niveau sociable des montalbanais.

    Des regrets d’être venu ?
    OHLALA, s’il y a bien une chose que je ne regrette pas, c’est d’être parti de Bourgoin !

    Un joueur emblématique ?
    Je dirais un Médard ou un Vincent Clerc. Médard par rapport à son caractère de génie, de joueur fou-fou et Clerc par rapport à sa vitesse et ses capacités au duel et au raffut.

    Un club dont tu aimes le jeu ?
    J’aime beaucoup Toulouse et Bordeaux par rapport à leurs situations de jeu. Des équipes qui jouent beaucoup au ballon, qui jouent debout et où les ailiers touchent des ballons.

    Un de tes meilleurs souvenirs de joueur ?
    Le titre, l’an dernier. La demi-finale surtout !!! Avec ce stade plein, où je marque le dernier essai, les supporters sur le terrain qui me courraient après ! Gros souvenirs !!!

    Le pire …
    Bourgoin ! L’essai refusé.

    Tes qualités …..
    La vitesse et le mental pour la défense : même si je ne suis pas très gros, j’arrive à m’en sortir.

    En dehors du rugby …
    J’aime bien la bonne bouffe : avec des parents restaurateurs**, c’est logique ! On aime bien découvrir des restaurants avec ma femme ou avec mes parents quand ils descendent. On aime bien le cinéma et j’aime bien aller sur internet avec mes collègues de Bourgoin, dès fois sur le console ou au téléphone.

    Une « petite folie » que tu aimerais faire …
    Partir avec les Barbarians ! Un truc comme ça où tu peux faire sur un terrain ce que tu veux, te lâcher totalement parce que tu joues sous pression dans un club pro. Tu vas là-bas, ils te disent vous êtes des hommes libres, vous faites ce que vous voulez. Une physionomie comme ça, moi, ça m’intéresse grave ! Pouvoir faire un peu ce que tu veux sur un terrain, tenter des trucs qui passeront ou ne passeront pas ! Après, tu les tentes à l’entrainement, ça peut certainement passer en match. Quand t’as pas de pression, tu peux les faire plus facilement.

    L’après rugby, tu y penses ?
    Oui, j’y pense. Après, pour l’instant, c’est pas trop le sujet n°1. On va essayer de construire un peu une carrière. J’ai des parents restaurateurs et une sœur qui commence à racheter un peu l’entreprise familiale. Ce serait con de laisser tomber une entreprise comme ça alors que mes parents ont mis 35 ans à la monter. Donc, pourquoi pas aller avec ma sœur ou après se lancer sur un projet personnel, monter une boite avec ma femme, on ne sait pas trop. On a plusieurs petites idées.

    Prochain match Bourgoin : Tu le sens comment ce match ?
    Personnellement, je le sens bien....Je le sens bien.......je le sens bien..............

    Le groupe de cette saison…
    C’est toujours aussi homogène parce que t’as quand même pas mal d’étrangers qui sont arrivés mais qui se fondent très bien dans la masse et qui discutent bien avec nous. Je trouve que c’est un très bon groupe, très sympathique, ça rigole beaucoup. Ça sait rigoler quand il faut, être sérieux quand il faut. Donc voilà, c’est un peu comme dans la physionomie des coachs, ils sont comme ça : quand il faut être sérieux, on est sérieux et concentrés, si on a le temps de rigoler, on rigolera, après. Le groupe est un peu pareil.

    3 mots : Montauban, Sapiac, Ultras. Qu’est-ce que ça évoque pour toi ? Tu penses à quoi ?
    Si je suis sur le terrain, à mouiller le maillot déjà. Sinon, si j’entends ça… un stade de fous, supporters de fous, ambiance de malade et comme Lille avait titré dans leurs journaux près la demi-finale « Lille est tombé dans une marée sapiacaine » ou un truc comme ça. C’est très valorisant pour vous et totalement logique. Je vous compare un peu aux lensois du foot niveau supporters.

    La question que tu aurais aimé que je te pose ?
    Pfff…je sais pas moi…..pour quand le top 14 avec Montauban ?