• Ils chantent avec nous
  • FAQ
  • Liens
  • TWITTER

  • Météo
  • Actualités Ultras > Archives > Les interviews > Thierry Eychenne (itw du 5/10/2015)

    Thierry Eychenne (itw du 5/10/2015)

    Enregistrer au format PDF


    Thierry Eychenne, Président de la SASP Usm depuis juin 2013, a accepté de bousculer son emploi du temps pour répondre à quelques questions.


    Ultra interview réalisée en partie en voiture !

    Un énorme merci pour ta disponibilité !
     

     

    Comment va le président de l’Usm ? Serein, tendu, décontracté, insouciant ?
    Je dirais qu’il est très concentré. Lorsque l’on gère un club de rugby ou de sport en général, être serein, c’est compliqué parce que l’on doit jouer avec des paramètres que l’on ne maîtrise pas toujours. Il n’y a pas que le sportif dans la mesure où il y a des paramètres de gestion financière , de bouclage de budget, de gestion du stade, de relations humaines .
    La première saison en ProD2, on a eu la chance de pouvoir être serein administrativement et financièrement dès la mi championnat. Même sportivement puisqu’on savait que, sauf catastrophe, nous étions maintenus en ProD2.
    On est un club qui se construit. Lorsqu’on commence une saison il faut être optimiste mais aussi mesuré. On a suffisamment de recul maintenant pour être suffisamment prudents dans l’intérêt du club. Nous sommes concentrés, pas loin d’être sereins mais pour le moment concentrés.

    Comment et pourquoi devient-on président de l’USM ?
    (Sourire) D’abord il faut de la passion. Après il faut aimer le sport, il faut aimer les hommes. C’est une très belle histoire d’amitié qui nous marquera tous d’ailleurs parce que ça a été et ce sont de très belles rencontres… c’est ce que je retiendrais, de très belles rencontres à tous les niveaux. Que ce soit sur le plan sportif où j’ai rencontré des gens que je ne connaissais pas, des bénévoles grâce à qui je sais maintenant ce qu’est le don de soi. J’ai rencontré des supporters dont le don de soi est parfois monté au paroxysme ! J’ai rencontré des dirigeants , des hommes, des femmes qui sont devenus des amis et qui le resteront.
    Être président de club ,c’est répondre pour moi à une définition bien précise : c’est réussir l’amalgame et l’association de compétences et une association d’hommes et de femmes qui ont comme vœu le plus cher d’arriver à un objectif.
    On a eu la chance, je pense que c’est une chance, et le bonheur d’arriver à notre premier objectif. C’est-à-dire de faire remonter ce club dans l’élite du rugby français .
    Notre deuxième objectif sera de le pérenniser.
    Le troisième, on verra si on peut y croire, y penser.
    Donc c’est beaucoup de passion. Beaucoup de sport, il faut être sportif dans l’âme. Il faut être joueur. Peut-être un peu d’insouciance. Un peu de folie ou beaucoup, j’en sais rien. Et puis beaucoup d’amitié, beaucoup de partage. C’est un sentiment rare de partage et d’émotions que je souhaite à tous ceux et celles qui aiment ce sport !

    24 h dans une journée entre la vie familiale, la vie professionnelle et Sapiac, c’est assez ?
    Non, il en faut 25 ! C’est pour ça que j’ai créé la journée à 25 heures.

    Ça prend combien de temps par jour d’être président de l’USM ?
    C’est difficilement quantifiable parce que l’on a maintenant une organisation qui est différente dans la mesure où nous avons mis en place une organisation administrative. Nous nous sommes partagés les rôles.
    Si tu es tout seul, c’est impossible. On te dit qu’a plusieurs, tu peux soulever des montagnes, c’est la vérité ! Tout seul, tu ne fais rien !
    Encore une fois, un club c’est l’association de plusieurs compétences, de plusieurs hommes et femmes qui ont un but commun, une volonté commune. Même des rêves en commun !
    Lorsque nous étions en association, nous passions beaucoup, beaucoup de temps. D’abord parce qu’on ne savait pas. On a appris, on a fait des erreurs, certainement…Il a fallu tout découvrir , tout construire.
    Maintenant, on a un peu plus de recul. On s’est entouré de gens qualifiés. On y passe beaucoup de temps c’est certain, disons deux heures par jours, c’est le minimum.
    Mais l’avantage est que quand on aime on ne compte pas !

    Tes loisirs, tu les occupes comment ?
    Je suis quelqu’un qui a beaucoup d’activités.
    J’ai des enfants, une femme. La famille est quelque chose qui est très très importante pour moi parce que si je n’avais pas la chance d’avoir la famille que j’ai, je ne suis pas sûr de pouvoir faire ce que je fais. J’y suis très attaché et ma vie en général tourne beaucoup autour .
    Après, j’ai la chance d’avoir beaucoup d’amis. Mes amis sont toujours les mêmes ( je ne les vois pas assez à mon goût mais nous nous rattraperons ),et les moments partagés sont toujours aussi intenses ; c’est le sens de la vie !.SAPIAC m’a apporté de nouveaux amis et je peux en mesurer l’importance et la chance très souvent !
    J’adore les voyages, lire.
    Je ne suis pas un grand bricoleur. Je ne peux pas dire que je bricole ou jardine beaucoup, mais je suis curieux de tout.
    Je suis capable de partir découvrir quelque chose n’importe quand.

    Plutôt bière ou champagne ?
    Champagne.

    Bilan financier de la saison dernière ?
    Bon.
    Bon, parce que je considère que la Ligue te donne des moyens financiers qui sont importants. À nous de savoir les gérer.
    La difficulté est que l’exigence du sportif, qui est normale en sport pour atteindre l’excellence , c’est à nous dirigeants de savoir la gérer et l’encadrer.
    L’an dernier, de par l’affluence au stade, de par les partenaires qui ont été avec nous , de par les supporters, de par l’engouement que la saison a amené, de par les collectivités, tout a été bon.
    Maintenant rien n’est établi, rien n’est définitif. Quand tu recommences une saison, personne n‘est capable de dire, en tout cas je ne le sais pas, si les prévisions d’affluences, de partenariats, de subventions des collectivités seront au moins les mêmes que l’an dernier.
    A ce jour les premières prévisions sont compatibles à nos attentes ! Que cela dure !
    Même si les partenaires et les supporters doivent continuer à nous accompagner dans notre projet commun !

    Niveau budget, combien cette saison ?
    On est à un plus de 6 millions. 5 pour la SASP et 1,2 pour l’asso.

    Le plus gros partenaire cette saison c’est… ?
    Le plus gros c’est Altrad .

    Un partenaire maillot doit donner combien ?
    Ça dépend.
    Quand tu prends un partenaire maillot c’est que tu vas chercher une collaboration sur plusieurs saisons. En tout cas, moi, c’est ce que je souhaites .
    L’important pour moi est de pérenniser. Je n’ai pas de valeur. Je ne m’attache pas à une valeur. Je sais que j’ai un besoin de financement, de budget.
    Montauban est un club qui a un socle de 300 partenaires et ça c’est bien ! Pas de très gros partenaires !

    Pour prétendre au niveau supérieur ou s’installer durablement dans le haut du tableau de la ProD2, il ne faudrait pas un sponsor d’envergure nationale ?
    Bien sûr, bien sûr, c’est ce que l’on recherche.
    Mais tant que tu n’auras pas fait tes preuves, tant que tu ne seras pas un incontournable sur l’échiquier de la ProD2, tant que tu n’auras pas une exposition médiatique naturelle je dirais, tu ne pourras pas solliciter de tel sponsor . Ce qui est normal.

    Tu aurais un sponsor privilégié ou peu importe, l’argent n’a pas d’odeur en quelque sorte ?
    Non, je ne dirais pas ça. Je ne dirais jamais ça.
    Derrière le sponsor, tu as toujours des hommes ou des femmes. Il faut qu’il y ait une histoire, il faut créer une histoire. Une histoire ne se crée pas comme ça. Ça ne se crée pas en te levant un jour : tiens Montauban, c’est où ? Je vais mettre 3 millions d’euros.
    Il faut créer les conditions nécessaires à cette histoire.
    Ça se fait par des rencontres, par des accords, parcequ’à un moment tu as des gens qui vont se rencontrer et tu auras un sponsor X qui épousera ton projet. Il l’épousera parce qu’il y trouvera un intérêt certain pour lui.
    En tout cas et même si j’ai des noms de sponsors et s’il y a eu des premiers contacts, c’est beaucoup, beaucoup trop tôt pour en parler. Mais il est certain que si l’on veut bâtir pour l’avenir, il est certain qu’il faut trouver un sponsor de cette envergure .
    Mais il faudra aussi garder notre identité et notre histoire ! C’est important et même primordial pour nous !

    Est-ce que quand tu vas chercher un partenaire, tu entends encore parler du MTGXV ?
    De moins en moins.
    Le gros problème n’est pas le MTGXV. Les gens font la différence entre cette histoire et la nôtre. C’est à peu près acquis.
    Par contre, plus tu entres dans le professionnalisme, plus les gens sont exigeants. Personnellement, je viens du monde de l’entreprise, je gère pas mal de sociétés, ça ne me choque pas. Même si des fois, égoïstement, j’aimerais que les gens soient un peu plus conciliants.
    Hormis ça, si on veut monter il faut être pro, répondre aux attentes. Être irréprochables.
    C’est compliqué d’être irréprochables : que ce soit Max Lafargue, que ce soit Daniel Bory, que ce soit Jean-François Reygasse (responsable du partenariat), tous les membres du comité directeur , aucun d’entre nous n’a déjà géré ou organisé des manifestations avec 5 000, 7 000, 10 000 ou 12 000 personnes comme contre Lille. Donc automatiquement on ne peut pas être parfaits.
    C’est plus facile quand tu gagnes parce que là les gens sont conciliants. Quand tu perds, c’est plus compliqué. C’est la loi du sport.

    Même si on a peu de recul, ton avis sur les changements d’horaires des matchs : affluence, engouement…
    Je pense que ce n’est un secret pour personne : le club avait formulé son désaccord auprès de la Ligue.
    J’étais convaincu que cela aurait une influence négative dans les stades que ce soit Sapiac ou un autre d’ailleurs. Sans avoir eu d’autres présidents en ligne, je regarde les affluences dans les autres stades. Ça n’a pas amené plus de spectateurs. Je pense plutôt qu’il y a plus une perte d’affluence qu’une augmentation. Après, c’est un peu tôt, ce n’est que la 4e journée. On manque de recul.

    Un point sur les abonnements ?
    C’est pas trop mal. On doit avoir un recul d’un peu moins de10 % .Nous devons être aux alentours de 1 000 abonnés. J’avais peur que ce soit beaucoup plus. Certains ne se sont pas réabonnés, des nouveaux sont venus. C’est la normalité .
    L’an prochain ce sera encore diffèrent. Plus tu vas t’installer en ProD2, plus tu vas « intéresser » d’autres personnes. Tu as dû t‘en rendre compte, on n’a pas changé les prix malgré l’affiliation à la TVA. Il faut tenir compte aussi de la conjoncture qui n’est pas facile. Je le redis, la crise ne s’arrête pas aux portes de Sapiac. Elle existe partout.

    À combien se montent les droits TV reversés par la ligue ?
    Les droits de la Ligue se montent à 1 450 000 € auxquels on rajoute 100 000 € pour les changements d’horaires.

    Ils vont compenser les pertes billetteries/buvettes ?
    Je ne pense pas. Même si c’est un peu tôt. Les situations entre la saison dernière et celle-ci sont différentes puisque la saison dernière on avait reçu Perpignan qui descendait. Cette saison Biarritz a attiré moins de monde. On pourra mieux comparer après les venues de Lyon et Bayonne.

    Où en sont les travaux à Sapiac ?
    Les travaux sont en cours.
    Ceux du synthétique vont être lancés par la mairie très prochainement.
    Le parking a été terminé fin de saison dernière.
    Nous sommes en train de faire une salle de vie et une nouvelle salle vidéo sous la tribune présidentielle. Salle vidéo qui pourra également être une salle de réception, accessoirement louée pour des assemblées.
    Dans les projets, il y a le nouveau chapiteau partenaires, un écran géant, mais aussi et surtout la nouvelle salle de musculation du RAMIEROU suivie et menée par l’ASSOCIATION .
    Il faut que le stade vive. Il faut raisonner comme une entreprise avec des budgets, une capacité de financement et d’autofinancement..

    Une idée du nom du nouveau chapiteau ?
    Oula, non, c’est trop tôt !
    Il faut avoir les autorisations, les devis etc.
    Il faut se rappeler que la SASP et l’Asso ne sont que les gestionnaires du stade. Même si l’on a une convention, un bail, le propriétaire du stade reste la Mairie. Il est bien évident que tu ne peux engager les travaux que si tu as les autorisations nécessaires .
    Soyons clair, la Mairie est parfaitement d’accord et nous suit dans la majorité des projets.
    Il faut bien entendu que les projets soit faisables et viables. Cela se fait en partenariat.
    Que les études prennent du temps, c’est normal parce que c’est beaucoup d’argent. On n’a pas le droit de galvauder, que ce soit de l’argent public ou de l’argent des partenaires.

    La piste : tout le monde en parle, elle tombe en ruine. Elle va continuer ?
    Non. On a des projets, on a des idées.
    Max Lafargue a une idée de rénovation que je considère géniale. C’est à l’étude aussi. Il faut bien comprendre que ce sont des projets qui peuvent paraître longs à mettre en place. Je ne lancerai les projets que si l’on a la capacité financière de les faire. La volonté, on l’a ! Ce n’est pas difficile d’avoir la volonté !

    L’idée de Max, c’est… ?
    C’est de la rénover de façon artistique. C’est un projet disons universitaire , scolaire qui me semble parfaitement aller dans le sens de l’histoire.

    D’autres actions pour fidéliser davantage les partenaires ?
    Oui, on a créé un club partenaires qui est un peu privilégié.
    Je n’aime pas le terme de prémium mais c’est l’idée .
    C’est géré par Jean-Francois Reygasse avec Pénélope, Florence et Marie-Valentine. On essaie d’avoir des idées qui, je pense, plaisent pas mal aux partenaires.

    La présentation des joueurs aux supporters était prévue ou elle s’est décidée au dernier moment ? C’est un peu l’impression qu’ont eu la grande majorité des supporters !
    Ah non, c’est une erreur ! Si c’est le cas, c’est une erreur !
    On voulait trouver une date qui soit cohérente pour tout le monde.

    Ton avis sur les Ultras depuis que tu es président ?
    Ils sont indispensables.
    Quand tu es indispensable, quelque part, c’est que tu fais partie de la famille. Les supporters, c’est l’ADN d’un club.
    Il y a des gens avec qui j’ai lié des liens, je ne sais si c’est d’amitié parce que c’est compliqué l’amitié, mais ce sont des liens forts.
    Je pense que tous les deux, nous en sommes une belle preuve. On ne se connaissait pas il y a 4 ou 5 ans et on a toujours plaisir à se rencontrer. On peut ne pas être d’accord mais ce n’est pas grave !. Ceux qui sont toujours d’accord, je n‘y crois pas trop.
    Les supporters, c’est indispensable ! S’il n’y a pas les Ultras, le Club des supporters, le club n’existe pas.
    La vie d’un club n’est pas un long fleuve tranquille. On fera des erreurs, certainement. Vous aussi. Parce que vous êtes des passionnés et que vous attendez beaucoup. La passion, l’amour c’est terrible ! On attend toujours plus et il n’y a rien de plus terrible qu’un amoureux déçu. C’est terrible ça ! Nous c’est pareil, on peut être des amoureux déçus. Il faut bien avoir en tête que nous ne sommes pas des spécialistes. C’e n’est pas que je demande l’indulgence parce que ce n’est pas le but mais on peut se tromper. Quand tu me dis que la présentation des joueurs aux Ultras, aux supporters a été galvaudée, c’est vraiment pas ça ! Si vous avez eu ce sentiment, c’est qu’on a fait une erreur. Dans un club de sport, le plus difficile à gérer, c’est le sportif. Tu es obligé de t’adapter au sportif. Si le sportif est là, tu peux faire beaucoup de choses, s’il n’est pas là, tu ne peux rien faire. Il y avait ce stage à Camarès… Ils rentraient le vendredi. Au départ, on devait le faire le samedi, ce n’était pas bon. Puis le dimanche… une con…rie. On a fixé le lundi. L’horaire était-il le bon ? J’en sais rien. Quand le faire ? Attendre la première journée ? On a tous dit non ! Il fallait le faire avant ! On a fait au mieux !

    La communication du club se développe tout doucement. Le site, un compte twitter. Ça va accélérer un peu plus sur par exemple l’infirmerie, des vidéos, des présentations vidéo de joueurs ?
    Sur le site seront données des informations sur la SASP, sur l’Asso. On va développer, oui.
    Ça sera fait durant la saison sans liste exhaustive. Il faut que ce soit interactif. Comme on a toujours fait. Si a un moment donné, quelqu’un souhaite avoir des informations sur tel ou tel point, on a toujours eu la porte ouverte. Je crois que tu me connais, je saurai dire très facilement et très gentiment oui ou non. (Je confirme !)

    Un forum officiel de l’USM ?
    Je ne sais pas. Pourquoi pas… il faut que je vois…
    Sur le principe, je suis rarement contre quelque chose. Après, il ne faut pas que ce soit pernicieux ou négatif pour le club. Un forum, toi je te connais, je sais qu’à un moment tu vas dire des choses. On est d’accord, pas d’accord… Un forum, il ne faut pas non plus que ça parte dans tous les sens…….. Donc je ne sais pas.

    La date de l’amical UBB/USM, qui l’a fixée ?
    Elle a été fixée entre l’UBB et l’USM et c’est plutôt l’UBB qui a fixé.
    Quand tu fais un match, qu’il soit amical ou non, tu t’entends avec le club puis tu demandes à la Ligue. Mont-de-Marsan a joué contre Agen aussi un vendredi.
    Tu n’as pas une entière liberté et à part démontrer à la Ligue que tu n’as pas d’autres solutions…
    Ça intéressait aussi l’UBB pour avoir le week-end.

    Pronostic finalistes coupe du monde ?
    J’aimerais bien France/Australie.
    Vainqueur ?
    Oh je suis très chauvin : J’aimerais bien la France mais ce sera difficile.

    Pronostic finale Top14 ?
    C’est trop tôt là. Je pensais Clermont indétrônable mais…. Il faut attendre les retours des joueurs de la coupe du monde.

    Pronostic ProD2.Qui monte directement ?
    Sur le papier, si la logique des budgets est respectée, c’est Lyon.
    Finalistes ?
    Perpignan ne sera pas loin, après …..Bayonne peut-être s’ils n’ont pas trop de blessés… un club comme Mont-de-Marsan… le championnat est long , très long.
    Vainqueur ?
    Option Montauban !!!

    Qui de Daniel Bory ou toi a copié la coiffure de l’autre ?
    Je pense que j’ai dû commencer avant. Il a essayé de copier….

    La prochaine chose que tu rêves de faire ?
    Partir avec ma femme et mes enfants pendant 6 mois. Voir le monde.

    La question (les questions) que tu aurais aimé que je te pose ?

    Aucune, tu as été complet.
    Interview réalisée par Franck