• Ils chantent avec nous
  • FAQ
  • Liens
  • TWITTER

  • Météo
  • Actualités Ultras > La cuisine à Mimi > Saison 2014-2015 > Tarbes /USM le 7/03/2015

    Tarbes /USM le 7/03/2015

    Enregistrer au format PDF

    Bla, bla, bla…
    (Déplacement à Tarbes le 7/03/2015)

    Il flottait dans l’air de ce 7 mars 2015 un truc indéfinissable, une sensation étrange…
    Était-ce la douceur printanière, le chaud soleil qui brillait, enfin, après la grisaille des jours précédents… ?
    En tout cas, c’est avec le sourire aux lèvres qui nous embarquons à 14h30 très très précises.
    Sourire qui disparait assez vite sur certains visages. On ne prend pas la direction de l’autoroute ! Biquet a encore frappé et décidé de nous refaire visiter notre douce France et ses départementales vallonnées et sinueuses. Heureusement que ce sont les pullmans du Tarn et Garonne qui nous transportent. Nous ne sentons donc rien des virages et du macadam : entre le confort de notre car et la dextérité et la souplesse de notre chauffeur, nous pouvons aller loin ! (Si avec toute cette gentillesse spontanée l’on ne va pas à Pau par l’autoroute….)
    Les conversations roulent sur les arrivées, départs, prolongations pour la saison prochaine. Les bruits, les rumeurs, les « on m’a dit.. » …. que du bonheur ! On refait certaines compos de top 14, nous interrogeons sur le devenir de certains anciens verts et noirs, évaluons nos chances de victoire contre Tarbes, disons merci à notre distributeur de confiseries…bref, nous cheminons tranquillement. Il y a des nouveaux aujourd’hui ? Oui, la fille là-bas, devant, avec un copain. Aaaah, la fille là-bas, devant…. Nous en reparlerons !
    Tout au long de la journée, le sérieux d’un de nos co-présidents ne pourra être mis en cause !
     Nous planifions aussi nos actions futures contre la D2 en semaine après avoir éliminé quelques options extrêmes (à comprendre en mode plaisanterie svp !).
    La tombola et ses lots que la France entière, voire le monde entier, nous jalouse (n’ayont pas peur des mots) fait encore polémique. Tout ce qui se passe dans le car restant dans le car, certains noms de gagnant seront tus mais reviennent souvent et la création d’une commission de contrôle du tirage de ce grand moment des déps est envisagée par certains frondeurs…. 

    L’arrivée au fait au stade Maurice Trélut se fait d’un trait, sans « station », sans demi-tour, sans tour entier de rond-point. Incroyable ! Nous nous rangeons sagement derrière le car de nos joueurs et nous dirigeons vers notre tribune. Et c’est là que les derniers à se mettre en route croisent ceux qui y sont déjà allés et ont déjà bâché ! Pas de buvette !!! Nombre de bénévoles du club étant mobilisés pour un salon qui se tient en même temps sur Tarbes. Mais des wc quand même. Il faut rebrousser chemin pour caler nos estomacs affamés ! (Vous pensiez quoi ???) Et c’est dans ces moments-là que l’on sait que l’on fait partie d’un tout, d’une famille. De courageux volontaires se proposeront à la mi-temps pour ravitailler notre tribune. Merci !
    2e sortie officielle de notre nouveau drapeau. Et là, c’est une vraie sortie digne de sa grandeur ! Des chants, des confets, du tambour et notre équipe qui s’évertue à lui faire honneur. Non qu’elle ne l’est fait à Perpi mais notre placement et notre environnement (quasiment toutes les écoles de rugby des P O étaient dans notre tribune) ajouté au déroulement du match ont faits que nous l’avons juste testés rapidement.
    Tout au long du match, nous soutenons sans limite ni retenue notre équipe et c’est fiers de nos couleurs que nous quitterons Trélut !
    Une des caractéristiques de notre sport étant, encore, l’entraide, une petite partie de notre matos se fait transporter vers notre car.



    Après avoir dépassé l’heure de retour au car les derniers y arrivent et passent directement à l’apéro. La table est mise, les barbecs en route …que demander de plus ? L’air commence à fraichir un peu, les groupes se font et se défont, les rires fusent, on refait le match avec des si et des « les blessés vont revenir ». On est bien, tranquilles, détendus, comme dans une bulle temporelle que rien ne peut altérer. Une fois dans le car, c’est quasiment impossible à raconter ! Le moindre lapsus, la moindre parole, le moindre geste est aussitôt transformé en chanson. Chanson plus ou moins heureuse…enfin, moins la plupart du temps ! Mais que c’est bon ! Jim et sa Marie-Madeleine résonneront jusqu’à La Rochelle ! On a quelques moyens de communications aux Ultras….
    La palme de la longueur et l’inutilité reviennent à Chouchou et son blablabla, blablabla... bref vous connaissez déjà la suite de la « chanson ». Évidement, un dép sans libertoooo ne serait plus un dép donc …

    Et la fille là-bas, devant me direz-vous ? Elle aura le mot de la fin parce qu’il lui restait un peu de voix ! Aurélie, on t’attend pour les prochains deps ! Pour le dernier, Biarritz, prend des fringues de rechange… on ne sait jamais avec nous !
    Franck